godoy

Godoy Cruz 1 – 0 Peñarol

Après la défaite de l’Universidad de Chile en Colombie, l’autre favori du groupe et finaliste 2011, Peñarol, lançait sa phase de groupe en Argentine avec des retrouvailles avec Godoy Cruz.

Déjà ensemble dans un explosif groupe 8 l’an passé (les Carboneros s’étaient alors imposés), Godoy Cruz et Peñarol se retrouvaient hier pour lancer leur édition 2012. Les uruguayens dominaient et contrôlaient le premier acte de la rencontre, se procurant quelques situations intéressantes notamment par Zalayeta et pouvant même réclamer un penalty pour une faute sur ce même Zalayeta. Malgré cela, la pause intervenait sur un score nul et vierge qui laissait tous les espoirs au Tomba. Comme souvent en pareille situation, c’est Godoy Cruz qui allait faire trembler les filets dès le début de la seconde période lorsque Villar reprenait un centre de Rojas. La rencontre basculait définitivement en faveur du Tomba lorsque González voyait rouge. Réduits à 10, les Carboneros allaient subir la fin de rencontre. Comme la ‘U’, l’autre favori du groupe tombe d’entrée. Preuve que ce groupe 8 sera passionnant.

Vidéo :

Feuille de match :

Godoy Cruz 1 – 0 Peñarol
Copa Libertadores 2012 – Groupe 8 – 1e journée

Estadio Malvinas Argentinas – 10 000 spectateurs

But : Villar (51)

Arbitre : Raúl Orosco
Avertissements : Lértora (23), Ceballos (84), Ramírez (88) pour Godoy Cruz, Freitas (90+2) pour Peñarol
Expulsion : González (58) pour Peñarol

Formations :

Godoy Cruz: Sebastián Torrico – Roberto Russo, Leonardo Sigali, Nicolás Sánchez, Zelmar García – Diego Villar (Lucas Ceballos, 74), Nicolás Olmedo, Juan Carlos Falcón (Federico Lértora, 46), Ariel Rojas – Facundo Castillón (Leandro Caruso, 83), Rubén Ramírez. Entraîneur: Nery Pumpido.

Peñarol: Fabián Carini – Juan Alvez (Joao Pedro, 66), Alejandro González, Carlos Valdez, Darío Rodríguez – Sebastián Cristóforo, Nicolás Freitas, Luis Aguiar (Jorge Zambrana, 80), Fabián Estoyanoff – Maximiliano Pérez (Marcelo Silva, 64), Marcelo Zalayeta. Entraîneur : Gregorio Pérez.