Groupe 1 : Corinthians 2 – 1 Racing

A l’image du Flamengo, on attendait beaucoup de l’autre attraction brésilienne qui débutait hier. A l’image du Flamengo, les Corinthians de Ronaldo ont convaincu.

Tout le monde attendait de voir ce qu’allait donner l’entrée dans la compétition d’el fenómeno Ronaldo pour l’une de ces dernières chances de remporter le trophée (après l’annonce de sa retraite à la fin de l’année prochaine). Si la belle prestation de l’ancien ballon d’or peut avoir rassuré ses fans, elle fut totalement éclipsée par le doublé d’Elias qui sauve le Timão d’une situation délicate.

50 secondes de jeu et le Racing ouvrait le score par Martín Cauteruccio totalement oublié plein axe. Mais les Corinthians ont de la ressource, et faisait s’abattre une chape de plomb sur un Pacaembú qui ne demandait pourtant qu’à exploser. Il allait le faire à la dixième minute lorsqu’Elias, à la conclusion d’un mouvement à trois impliquant Ronaldo et Tcheco, trompait Jorge Contreras et ramenait le Timão.

Dépassés, les uruguayens accumulaient les fautes et terminaient la rencontre en infériorité numérique après l’exclusion méritée de Darío Flores. Les Corinthians poursuivaient leur pilonnage sur les buts de Contreras et allait trouver la récompense à 20 minutes du terme, une nouvelle fois par Elias.

Comme Flamengo, les Corinthians ont répondu aux attentes qui étaient placées en eux : la Copa Libertadores 2010 est bel et bien lancée.

Résumé vidéo :

Feuille de match

Corinthians 2 – 1 Racing
Copa Libertadores – Groupe 1 – 1e journée

Buts : Elias (11e et 70e) pour les Corinthians, Martín Cauteruccio (1e) pour le Racing.

– Corinthians : Felipe; Alessandro (m.71, Jucilei), Chicao, William, Roberto Carlos; Ralf, Elias, Tcheco, Jorge Henrique (m.84, Dentinho), Matías Defederico (m.45, Rodrigo de Souza); Ronaldo. Entraîneur : Mano Menezes.

– Racing : Jorge Contreras; Rodrigo Bradesco, Héctor Hernández, Ignacio Pallas, Danny Tejera; Federico Vega, Santiago Ostolaza, Darío Flores, Matías Mirabaje (m.65, Diego Scotti); Martín Cauteruccio (m.83, Nicolás López) y Líber Quiñones (m.71, Jean Pierre Barrientos). Entraîneur : Juan Verzeri.