wallysoncorrea

Libertadores 2014 : groupe 2

Premier groupe à entrer sur le terrain ce soir, le groupe 2 s’annonce comme une belle lutte entre outsiders.

Le dernier champion d’Argentine, le vainqueur du Transición 2013 chilien, la sensation du dernier championnat équatorien et l’ogre brésilien, le groupe 2 a tout du groupe ouvert opposant plusieurs équipes pouvant clairement prétendre à jouer un rôle important dans l’édition 2014. Si bien qu’il semble compliqué de sortir un grand favori.

Si Botafogo, étincelant face aux Chullas du Deportivo Quito au Maracana, peut s’appuyer sur la domination traditionnelle des brésiliens sur la compétition, l’équipe la plus affamée dans ce groupe reste sans aucun doute San Lorenzo. Le dernier champion d’Argentine, seul parmi les grands du pays à n’avoir jamais connu de succès continental, peut s’appuyer sur un effectif taillé à la perfection pour l’épreuve : des anciens expérimentés à l’image des Juan Ignacio Mercier, Mauro Cetto et autres Leandro Romagnoli, un maître à jouer comme en feu avec Ignacio Piatti et des jeunes au talent immense comme Walter Kannemann et surtout la pépite  Angel Correa, le Ciclón a fait de l’épreuve l’une de ses priorité.

Les ambitions argentines seront mises à l’épreuve d’entrée puisqu’en guise d’apéritif, la première journée de l’édition 2014 nous offre un choc entre San Lorenzo et Botafogo. Le Fogão de Wallyson et Lodeiro, qui ont éclaboussé le match retour face au Deportivo Quito, peut également prétendre au statut d’outsider de l’épreuve. Reste que ce large succès en barrage est pour l’instant la seule éclaircie du début d’année des hommes d’Hungaro qui restent sur 4 défaites en 5 matchs.

Attention cependant à ne pas enterrer trop rapidement les deux autres membres du groupe. Les Hispanos de l’Unión Española devraient être de rudes adversaires. Les hommes de José Luis Sierra, tombés face à un grand Riquelme lors des huitièmes de finale 2012, étaient sortis leader d’un groupe duquel ils n’étaient pas favoris, se payant le luxe de s’offrir le finaliste de l’édition précédente. De quoi prévenir les favoris annoncés.

Reste le cas Independiente. Si le club équatorien n’a rien en commun avec l’homonyme argentin, il reste la belle surprise de la dernière saison équatorienne. Sans aucun grand nom, le club dirigé par l’uruguayen Pablo Repetto, qui avait déjà conduit le Defensor Sporting à son troisième titre en 2010, peut poser bien des soucis, surtout chez lui à 2500m d’altitude.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/43/d299251111/htdocs/libertadores/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405