libertadores

Place aux demies

Le dernier carré est connu. A l’heure où le coup d’envoi des demi-finales de la Libertadores va être donné, il est temps de revenir sur les deux affiches qui nous sont proposées cette semaine.

Pour la première fois depuis 10 ans, aucun brésilien n’est au rendez-vous des demi-finales de la compétition majeure du continent sud-américain. Ajouté à la débâcle de la Selecão vécue en mondiovision, c’est tout un football qui doit désormais se remettre en question. Car pendant ce temps, les autres pays n’ont pas cessé de travailler. Pour les demi-finales, on se retrouve ainsi avec 4 nationalités, 4 équipes qui jamais n’ont remporté ce trophée si prestigieux. Oui, 2014 entrera dans l’histoire de la grande Libertadores.

Nacional Asunción – Defensor Sporting

« Le Nacional jouera cette nuit le match le plus important de toute son histoire. » Voici comment le site officiel du club parle de la rencontre de ce soir. Après une préparation perturbée par les blessures de ses attaquants Fredy Bareiro et Julián Benítez, Gustavo Morinigo dispose de tout son effectif à l’heure d’accueillir la jeunesse uruguayenne symbolisée par la pépite Giorgian De Arrascaeta, qui sera bien présence de soir au Defensores del Chaco. Côté Violeta, les interrogations sont également nombreuses : avec les blessures de Zeballos et Arias, habituels du couloir droit, Fernando Curutchet craint aussi l’absence du capitaine Andrés Fleurquin, encore incertain.

Pour se qualifier, les deux formations ont déjoué les pronostics. Le Nacional a écarté les argentins d’Arsenal en parvenant à résister au match retour alors que côté uruguayen, après la victoire surprise en Colombie, la Violeta a enfoncé le clou au retour grâce à son joker de luxe Nicolas Olivera.

Résumés des matchs retours de leurs quarts de finale :

San Lorenzo – Bolivar

S’il reste un grand favori à l’édition 2014, c’est bien San Lorenzo. Après avoir sorti deux brésiliens, le Ciclon se retrouve face à un adversaire qui lui est présumé inférieur et ainsi à 180 minutes d’une finale continentale, objectif de son année 2014. Privé de sa pépite Ángel Correa parti à l’Atlético puis touché par un véritable drame, la dernière campagne du duo Piatti – Romagnoli se doit d’être brillante. Avec un groupe quasi-inchangé, Bauza sait qu’il dispose d’une équipe taillée pour la Libertadores. Reste que la Academia n’a rien d’une victime expiatoire. Depuis la défaite en ouverture à l’Estadio George Capwell, Bolivar n’a plus connu la moindre défaite. Après avoir sorti le double champion du Mexique et le vainqueur de la dernière Sudamericana, la colonie espagnole de Xabier Azkargorta, renforcée par cinq nouveau joueurs dont Carlos Tenorio, l’ancien international équatorien de la LDU.

Pour se qualifier, San Lorenzo aura souffert mais tenu bon sur le terrain de Cruzeiro en ramenant un précieux résultat nul à dix contre onze. Bolivar lui n’a fait qu’une bouchée du Granate à Hernandez Siles, le 1-0 final sonnant quelque peu flatteur pour les argentins.

Résumés des matchs retours de leurs quarts de finale :


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/43/d299251111/htdocs/libertadores/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405