groupe6

Libertadores 2015 : Présentation du Groupe 6

Avec le vainqueur de la dernière Sudamericana comme favori, le groupe 6 se cherche un prétendant.

Pour son grand retour en Libertadores, River Plate s’annonce comme l’un des prétendants au titre.

kranevitter

Autant dire que dans un groupe sans réel adversaire à sa taille, les Millonarios de Gallardo devraient se qualifier sans trop avoir à forcer leur talent et le 4-3-3 du Muñeco devrait briller. Avec un onze type connu de tous Barovero – Mercado, Maidana, Funes Mori, Vangioni – Kranevitter, Rojas, Sanchez – Pisculichi, Téo Gutiérrez, Mora et disposant de grands talents à chaque ligne en réserve (de Balanta à Mayada en passant pour la pépite Martinez), River a en effet tout ce qu’il faut pour dominer le groupe.

guerron

Son principal adversaire devrait être mexicain. Vice-champion du dernier Apertura, les Tigres de Ferretti possèdent l’un des groupes les plus complets au pays. Articulé également autour d’un 4-3-3 où chaque ligne regorge de talents, les Felinos, s’ils décident de jouer la Libertadores peuvent s’avérer être un redoutable adversaire. Le talentueux Nahuel Guzmán dans les buts, une défense Estrada, Ayala, Rivas, Torres Nilo, gardée par le pitbull Arévalo Rios, Dueñas et Villalpando à la transition avec l’attaque qui s’articule autour des Gerardo Lugo, Damián Alvárez et du talentueux Joffre Guerrón (avec Abraham Carreño, Rafael Sobis, Alan Pulido comme alternatives), la formation mexicaine, qui disputera sa troisième Libertadores, peut prétendre accéder aux huitièmes de finale.

pacheco

Face aux deux favoris du groupe, Juan Aurich voudra également prendre sa part du gâteau. Là encore, Roberto Mosquera s’appuie sur un 4-3-3 dans lequel les latéraux Céspedes et Delgado se muent souvent en milieux offensifs, laissant Ramos et Balbuena s’occuper des tâches les plus défensives, aidés en cela par Rojas. Devant, Juan Aurich s’en remet au duo Ubierna – Vilchez qui vient alimenter le trio d’attaque composé de Valoyes, Rengifo et de l’ancien de l’Atlético Madrid, Germán Pacheco.

sanjose

Reste le dernier membre du groupe, San José. Habitué à jouer le titre chaque saison en Bolivie, craquant le plus souvent sur la fin, le club d’Oruro dirigé par Teodoro Cárdenas pourra compter sur l’altitude comme alliée afin d’engranger le maximum de points à domicile (lors de son dernier passage en 2013, ni les Corinthians, ni Millonarios, ni Tijuana n’étaient parvenus à s’imposer à Oruro). San José s’organise le plus souvent en 3-5-2 avec un trio Vera – Ojeda – Torrico derrière, des joueurs de couloirs Reyes et Juarez et un milieu à trois Ovando – Loaza – Darwin Lora, qui cherchera à alimenter un excellent duo d’attaque Mauro Bustamente – Miguel Cuéllar.