groupe7

Libertadores 2015 : Présentation du Groupe 7

Un viel habitué argentin, l’une des meilleures formations équatorienne, un ambitieux colombien et un outsider paraguayen, le Groupe 7 est probablement l’un des plus ouvert.

carrillo

Difficile de sortir un grand favori dans un Groupe 7 aussi dense. Devant au palmarès et à l’expérience, Estudiantes pourrait cependant endosser ce costume, le club de La Plata ayant rappelé au continent lors du tour préliminaire que la Libertadores restait l’une de ses compétitions favorite. Mauricio Pellegrino s’appuie sur un 4-4-2 désormais orphelin de son maître à jouer Joaquín Correa mais qui reste terriblement équilibré. Navarro dans les buts, une défense expérimentée renforcée par l’arrivée d’Álvaro Peirera sur le côté gauche, s’ajoutant au capitaine Leandro Desábato qui, associé à Schunke dans l’axe reste solide (Aguirregaray occupant le flanc droit), Damonte et Gil forment le duo de récupérateurs/premiers relanceurs au milieu alors qu’Acosta et Auzqui jouent le rôle de perforateurs pour le duo Carrillo – Cerutti, deux belles promesses de l’école Pincha.

ruiz

Attention à l’ambitieux Atlético Nacional. Finaliste de la dernière Sudamericana (voir Sudamericana : River écrase la finale), le groupe de Juan Carlos Osorio a sans doute changé de cycle après les départs de Mejia, Cardona et Cárdenas mais a acquis l’expérience utile à toute compétition continentale. Devant l’excellent Armani, Osorio organise ses Verdolagas en 3-4-3 avec un trio Murillo – Henriquez – Najera derrière, Valencia et Bocanegra en hommes de couloirs offensifs encadrant le duo Palomini – Otalvaro et alimentant un trio offensif Alcatraz – Ruiz – Copete toujours dangereux.

blanco

Autre danger, celui du Barcelona de Rubén Israel. Devant la légende Maximo Banguera, la défense à quatre Velasco, Checa, Pedraza, Nazareno n’est pas était la meilleure du pays lors du dernier tournoi et offre ainsi une sécurité qui permet un jeu direct et rapide en phase offensive avec notamment les montées de Velasco et Nazareno qui viennent aider Esterilla et Tito Valencia à alimenter le duo De Jesus – Blanco pendant que Oyola et Frezzotti s’occupent des seconds ballons. Barcelona est une équipe redoutablement organisée qui pourrait bien tirer son épingle du jeu, notamment dans son Monumental de Guayaquil.

lopez

Reste que le dernier membre du groupe est aussi un habitué. Absent l’an passé pour la première fois depuis 2003, Libertad, double champion du Paraguay, conduit par Pedro Sarabia est une équipe difficile à déstabiliser. Organisée en un sécurisant 4-4-2, sa principale force reste sa capacité à défendre, le quatuor de derrière Moreira – Balbuena – Román – Vergara forme l’arrière garde la plus hermétique du pays. Devant eux, Aquino joue le rôle de sentinelle aux côté de Molinas, González et surtout Camacho étant chargés de servir le duo offensif Santacruz (ou Recalde) – Hernán Rodrigo López, véritable goleador de l’équipe. .