groupe3

Libertadores 2015 : présentation du Groupe 3

Dernier groupe à entrer en lice, le groupe 3 débute une semaine après tout le monde et s’annonce d’ores et déjà promis à Cruzeiro.

dearrascaeta

S’il est un favori dans le groupe, c’est bien Cruzeiro. Double champion du Brésil après une saison de promenade, la Raposa s’annonce comme l’un des grands favoris de la Libertadores. Certes les départs du trio magique Lucas Silva – Everton Ribeiro – Ricardo Goulart vont peser lourd dans la balance. Mais le groupe de Marcelo Oliveira reste l’un des plus impressionnants du casting. Le 4-3-3 du Cruzeiro s’organisera avec une défense Mayke – Léo – Bruno Rodrigo – Mena protégeant Fabio et un cœur du jeu composé d’Henrique – Marquinhos et Willian alors que devant, la clé du jeu offensif sera remise à la merveille uruguayenne Giorgian De Arrascaeta (l’autre Willian occupant le flanc gauche) qui sera en charge d’alimenter un Leandro Damião en quête de renaissance. Le tout, avec des Julio Baptista, Felipe Seymour et autres Duvier Riascos en réserve.

abila

Le principal rival de la Raposa devrait être Huracán. De retour en Libertadores en même temps que dans l’élite argentine, le Globo de Néstor Apuzzo a clairement sa carte à jouer dans un groupe à sa portée. Organisé en 4-2-3-1 avec Mancinelli – Echeverria – Dominguez et Balbi positionnés devant Marcos Diaz, une paire de récupérateurs Villarruel – Vismara et un quatuor offensif Torassa – Toranzo – Gamarra – Abila (en attendant le pibe Cristian Espinoza), le Globo a déjà fait ses preuves lors du tour préliminaire en atomisant l’Alianza Lima (voir Alianza Lima 0 – 4 Huracán). Et derrière eux, les deux autres membres du groupe restent autant d’inconnues qu’on imagine mal franchir le premier tour.

cichero

Premier d’entre eux, les Mineros de Guyana. S’appuyant sur une défense ultra-expérimentée Pacheco (40 ans), Machado (32 ans), Cueva (35 ans) et l’ancien de Ligue 1, Gabriel Cichero (30 ans), protégé par le duo Lopez – Acosta, Mineros compte sur le duo Najera – Peña pour apporter rapidement le ballon vers l’avant et alimenter Blanco et Cabezas avec un jeu le plus direct possible. Ainsi est la philosophie de jeu de Marcos Mathias, ancien assistant de César Farias notamment chez les Xolos de Tijuana.

Reste enfin le piège bolivien Univeristario de Sucre. Loin d’être un prétendant à la qualification, ses dernières sorties n’encourageant pas à l’optimisme, le groupe de Julio César Baldivieso pourra bien évidemment compter sur l’altitude comme allié de taille à domicile. Organisé en 4-3-3, Universitario est une équipe qui privilégie le jeu au sol rapide et s’appuie pour cela sur la vitesse de ses joueurs. Olivares dans les buts est protégé par une défense Ballivan – Silvestre – Castro – Loras, Ribera assure le rôle de sentinelle, Camacho et De La Cuesta étant les premiers relais du milieu pour alimentera Bejarano et le créateur Saucedo pour alimenter le buteur argentin Palavicini.