Copa Libertadores 2011 : groupe par groupe

Ils sont 32 à espérer aller décrocher le titre suprême du continent sud-américain. Derrière les favoris brésiliens, argentins, chiliens, équatoriens, colombiens, uruguayens et mexicains entendent semer le trouble comme la saison passée. Présentation des groupes.

Une semaine après les surprises du tour préliminaire, la phase de groupe de la 52e Copa Libertadores ouvre cette semaine. Une nouvelle fois, le casting est prestigieux et l’ouverture de la seconde phase cette semaine nous offre une énorme affiche.

Groupe 1 : Libertad, Once Caldas, San Luis, Universidad San Martín.

Le groupe des retrouvailles entre deux favoris à la qualification. La saison dernière, Libertad éliminait Once Caldas en huitièmes de finale avant de tomber en quarts face aux mexicains de Chivas. Attention aux colombiens qui ont terminé la saison passée en boulet de canon pour finalement décrocher le titre. Cette saison, le mexicain du groupe sera San Luis, la meilleure équipe du début de tournoi de clôture 2011. La qualification devrait se jouer entre ces trois équipes alors qu’il faudra se méfier de l’Universidad San Martín qui a remporté trois des quatre derniers titres nationaux au Pérou.

Groupe 2 : Grêmio, Junior, León de Huánuco, Oriente Petrolero.

Qualifié sans trop trembler, Grêmio se voit offrir un groupe largement à sa portée. Car mise à part Junior, vainqueur de l’Apertura 2010 colombien, on voit mal Oriente Petrolero, qui retrouve la phase de groupe après 8 ans d’absence, ou encore León de Huánuco dont ce sera la première apparition à ce niveau, venir jouer les trouble-fête.

Groupe 3 : Argentinos Juniors, Nacional, Fluminense, América.

L’un des groupes les plus relevé. Le vainqueur du Clausura 2010 argentin, le champion du Brésil, l’une des meilleures équipes mexicaines et pour couronner le tout un huitième de finaliste de la saison dernière. Argentinos a remporté la Libertadores en 1985 après être sorti d’un groupe dans lequel il croisait Fluminense. Pour son retour dans l’épreuve après 25 ans d’absence, les argentins retrouvent les brésiliens de Fred mais devront également se méfier des deux autres membres du groupe. América est probablement le meilleur club mexicain en Libertadores et retrouve la compétition après l’avoir quitté en tant que demi-finaliste il y a 3 ans. Le club mexicain a toujours franchi le premier tour et a même disputé 3 demi-finales en 6 participations. Enfin, le Nacional Montevidéo, triple vainqueur de l’épreuve, équipe qui compte le plus de participations et huitième de finaliste la saison passée cherchera à rééditer cette performance et pourra compter sur un petit meneur de jeu argentin bien connu en Europe : un certain Marcello Gallardo.

Groupe 4 : Caracas, Universidad Católica, Vélez Sársfield, Unión Española.

Traditionnel favori, Vélez reste ce qu’il se fait de mieux en Argentine avec Estudiantes. Les argentins devront cependant se méfier du duo chilien : Unión Española disputera sa neuvième Libertadores (finaliste en 1975) et retrouve l’épreuve après 5 ans d’absence alors que l’Universidad Católica restée à quai la saison dernière retrouvera Caracas et devrait postuler à la seconde place du groupe.

Groupe 5 : Cerro Porteño, Colo Colo, Deportivo Táchira, Santos.

Il ne devrait pas y avoir de surprises dans le groupe 5. Le Santos de Neymar, Elano et Ganso fait figure d’épouvantail et devrait prendre la première place du groupe accompagné par Colo Colo. Los Albos avaient manqué de peu la qualification la saison passée dans un groupe très relevé (le groupe 7 dans lequel se trouvaient Vélez et Cruzeiro) et devraient prendre la seconde place tant le Cerro Porteño et Táchira semblent en retrait.

Groupe 6 : Emelec, Internacional, Jaguares, Jorge Wilstermann.

Si les boliviens de Jorge Wilstermann semblent un cran en dessous, le duel à trois entre Emelec, les Jaguares et le tenant du titre Internacional promet de belles oppositions. Emelec, finaliste du dernier tournoi équatorien et dix-neuvième en cumulé dans l’histoire de la compétition (source) et coaché par le génial Omar Asad à qui tout ré, Chiapas et Damian Manso ou encore l’Inter de D’Alessandro et Cavenaghi, il sera difficile de prévoir lequel restera à quai à l’issu de cette phase de groupe. Probablement l’un des groupes les plus passionnants.

Groupe 7 : Cruzeiro, Deportes Tolima, Estudiantes, Guaraní

Les groupe 3 et 6 vous paraissaient énormes ? Que dire du groupe 7. Le champion 2009 éliminé par le futur vainqueur l’an passé en quarts, sa victime de la finale gagnée et un tueur de géant colombien. Voila ce qui attend le champion paraguayen Guaraní : Estudiantes, Cruzeiro et Deportes Tolima, le casting d’un des groupes les plus relevé de l’épreuve.

Groupe 8 : Godoy Cruz, Independiente, Liga de Quito, Peñarol.

Le club du XXe siècle, le roi des coupes et l’ogre de la décade, saupoudré de la révélation du dernier championnat argentin, tel est le casting d’un groupe 8 de très haute volée. Peñarol, s’il est loin de ses lustres d’antan reste une référence en Amérique Latine. Independiente, c’est sept Libertadores et une récente Sudamericana. La Liga de Quito, c’est probablement ce qu’il se fait de mieux depuis 5 ans (un titre continental chaque saison depuis 3 ans). Enfin, le petit poucet Godoy Cruz fut l’une des meilleures attaques du dernier championnat argentin. Reste à savoir si El Expreso parviendra à digérer le départ de son coach de talent, Omar Asad. Quoi qu’il en soit, le groupe 8 promet monts et merveilles.

Retrouvez tous les classements et résultats sur la page dédiée (en cliquant sur les scores vous accédez aux résumés vidéo). Pour revivre l’édition 2010 , rendez-vous ici.

La phase de groupe de la Copa Libertadores commence dès ce soir. Rendez-vous à 1h du matin pour un live explosif entre Fluminense et Argentinos Juniors !!