sanlorenzo

Enfin parmi les grands

Il ne restait que 90 minutes pour que San Lorenzo parviennent enfin à rejoindre ses compères du club des grands argentins en décrochant sa première Libertadores. Pour cela, il fallait assurer après l’excellent résultat nul ramené du Paraguay.

Au cœur des années 30, la fédération argentine fut créée et les clubs les plus populaires du pays firent pression pour avoir un véritable pouvoir décisionnel. Il fut alors proposé de mettre en place un vote à la proportionnel en se basant sur différents critères. Parmi ces critères, compter plus de 15 000 socios, 20 années de participations aux tournois officiels et au minimum 2 titres de champion, faisait de vous un des grands (vous offrant alors 3 votes). Seules 5 équipes furent ainsi désignées « grands » et sont alors restés dans l’histoire comme les cinq grands d’Argentine. Au côté de Boca, River, Independiente et Racing, San Lorenzo vivait depuis avec le complexe de n’avoir jamais réussi à remporter une Libertadores. Dans un Nuevo Gasometro en fusion, ce 13 août 2014 devait alors rester dans l’histoire. Après un résultat nul ramené du Paraguay, le Ciclón de Bauza n’était en effet plus qu’à 90 minutes du bohneur.

ortigoza

Sur le papier, après le match aller, on imaginait mal le Nacional résister longtemps à la pression attendu de San Lorenzo. Mais la différence entre prédiction et réalité est énorme, les hinchas du Ciclón l’auront rapidement compris. Car el Albo paraguayen démarrait pied au plancher et se montrait le plus dangereux, Melgarejo et Orué appuyaient sur les ailes, Torales et Riveros aimantaient les ballons alors que devant Benítez et Bareiro pesaient sur l’axe central argentin. Orué trouvait le poteau, Torales frôlait la lucarne mais le Nacional n’inquiétait finalement que trop rarement Torrico. A dix minutes de la pause, Coronel contrait le ballon de la main et provoquait ainsi un penalty logique pour San Lorenzo. La légende Ortigoza ne tremblait pas et libérait alors un Nuevo Gasometro crispé.

buffarini

En seconde période, le scénario du match restait identique : le Nacional se montrait dominateur sans pour autant faire réellement trembler Torrico. Gentiletti se procurait la meilleure situation pour le Ciclón, Bareiro gâchait la dernière opportunité de l’Albo, le score ne bougeait plus. Le Nuevo Gasometro pouvait exulter, en devenant le 7e argentin à inscrire son nom au palmarès de la plus prestigieuse compétition sud-américaine, San Lorenzo est désormais devenu le véritable cinquième grand d’Argentine.

Résumé

Feuille de match :

San Lorenzo 1 – 0 Nacional

Copa Libertadores 2014 – Finale retour

Estadio Nuevo Gasometro – 48 700 spectateurs

But : Néstor Ortigoza (36 sp)

Arbitre : Sandro Ricci

Avertissements : Mercier, Coronel, Julián Benítez et Mendoza

Formations :

San Lorenzo: Sebastián Torrico; Julio Buffarini, Mauro Cetto, Santiago Gentiletti, Emanuel Más; Héctor Villalba (Enzo Kalinski), Néstor Ortigoza, Juan Mercier, Leandro Romagnoli (Walter Kanneman); Mauro Matos, Martín Cauteruccio (Gonzalo Verón). Entraîneur : Edgardo Bauza.

Nacional Asunción: Ignacio Don; Ramón Coronel, Raúl Piris, José Cáceres, David Mendoza; Marcos Melgarejo (Hugo Lusardi), Marcos Riveros, Silvio Torales, Derlis Orué (Braian Montenegro); Julián Benítez (Julio Santa Cruz), Fredy Bareiro. Entraîneur: Gustavo Moriñigo.